City Pirates Des projets sociaux dont la vision va au-delà du rendement

Michel Pradolini (59 ans) est PDG d'IFS (International Food Services), une entreprise de restauration maritime qui propose des solutions globales pour la cuisine à bord de navires. Il est expert en formation de Ship’s cooks (cuisiniers de navire), Directeur d'IFS Singapour & Philippines et directeur / actionnaire de plusieurs autres sociétés. Michel est également président du club de football City Pirates. 

Communauté

City Pirates n'est pas une équipe de foot comme les autres, on n'y fait pas que donner des coups de pied dans un ballon. C'est une communauté où les jeunes des quartiers défavorisés d'Anvers s'entraident et aiment être dehors. Une famille qui s'appelle des pirates. Et où des opportunités sont offertes aux jeunes.

Michel Pradolini a à ce jour fondé 5 équipes de City Pirates dans divers quartiers problématiques d'Anvers. « Mais c'est un club de jeunes, pour les jeunes. Il ne m'appartient pas. » Nous lui avons posé quelques questions sur le projet et sur sa vision.

Rester inactif ou passer à l'action?

C'est il y a quelques années, quand Michel Pradolini était entraîneur de foot d'une équipe de petits jeunes de la rue, qu'il a commencé à comprendre la situation. Dans cette équipe, il y a des jeunes de 8 différentes nationalités de quartiers défavorisés. Des quartiers qui s'appauvrissent de plus en plus, dans une société qui s'endurcit. « Est-ce le monde que nous souhaitons avoir pour nos enfants et pour nous-mêmes? » pense Michel. « Quand vous commencez à penser comme ça, il y a deux façons de le gérer : soit vous continuez à vous plaindre, soit vous saisissez-le taureau par les cornes et passez à l'action. » C'est le moment où il eut l'idée du projet des City Pirates.

Une équipe de foot de jeunes du quartier, pour les jeunes du quartier. Une équipe qui non seulement est là pour qu'on joue au foot, mais aussi pour aider à faire ses devoirs. Michel remarque à leurs questions récemment posées que les joueurs sont très enthousiasmés par le projet: « Nous sommes choqués par l'impact social que nous avons en tant qu'équipe. L'aspect social est pour nous le résultat numéro un. Quand on demande aux joueurs s'ils trouvent qu'ils sont membres à part entière des City Pirates, 80 % dit se sentir un pirate. C'est un énorme pourcentage. Cela montre que le football n'est pas la raison principale d'être membre, mais l'aspect social. »

Selon Michel, il s'agit de créer des opportunités pour les jeunes: « Cela vient de mon origine. Je n'ai pas fait d'études et j'étais un garnement. Que se serait-il passé si les gens autour de moi ne m'avaient pas aidé ? Je n'aurais pas pu devenir qui je suis maintenant. Cela contribue à 100% à mon authenticité. »

La recette du succès?

De nombreuses initiatives engagées socialement souffrent d'un manque de ressources, de bénévoles, … Pourquoi City Pirates est-il un projet durable? « En raison de l'authenticité et des nombreuses histoires positives parmi les membres de l'équipe. Ils servent d'exemple aux autres: une vision pleine d'espoir pour l'avenir », explique Michel.

Cependant, une équipe de football ne survit pas sans subventions et sans l'aide de capitaux privés. « Les subventions sont nécessaires pour rendre le projet viable. Quand on met en place un projet concernant les plus défavorisés, on a besoin du soutien du gouvernement. Pour un projet durable, une collaboration avec la ville est donc vraiment nécessaire. Et elle en profitera également. Dans certains quartiers, il a été prouvé que la délinquance juvénile a considérablement diminué depuis l'arrivée d'une équipe de City Pirates. » 

« Mais ne sous-estimez pas le rôle des sponsors privés. » En effet, la recherche de sponsors était selon Michel, un vrai défi: « Il est toujours difficile de convaincre les gens. Pourtant, je ressens beaucoup de bonne volonté chez les gens : ils se soucient de leur ville et de la pauvreté. Vous devez cependant convaincre les investisseurs que leur soutien financier est utilisé correctement. La répartition est chez nous la suivante: 80% des ressources est consacrée au soutien et à tout ce qui concerne l'accompagnement des jeunes. Et 20% au développement du football amateur. »

Les sponsors ne sont pas des personnes choisies au hasard, dit Michel: « Ils doivent être authentiques et nous devons avoir des atomes crochus. Pas un vulgaire commerce. Je comprends qu'il doit y avoir un certain retour sur investissement. Mais on ne peut pas se servir de la pauvreté de quelqu'un d'autre pour obtenir des résultats financiers. C'est incompatible. »

La vision porte ses fruits: le slogan de Dierickx Leys. C'est reconnaissable?

« La vision et la patience améliorent le rendement », explique Michel, client de Dierickx Leys depuis 5 ans. « Leur approche est pragmatique, ils vous prennent vraiment en compte en tant qu'individu. J'ai immédiatement senti qu'on s'intéressait sincèrement à moi. Toujours ce côté authentique que je recherche, et cela explique également le succès de City Pirates. »

PDF

Téléchargez ici le KSJ complet d'avril 2020

Avez-vous des questions concernant cet article?

  • N'hésitez pas à nous contacter.

Impact du Covid-19 sur les successions et les donations

La crise du coronavirus impacte de nombreux aspects de notre vie. Vous trouverez ci-après des explications sur un certain nombre de mesures qui peuvent avoir un impact sur les successions et les donations. 

La crise apporte-t-elle également des opportunités?

Le virus corona a un impact majeur sur les marchés financiers ... mais la baisse conduit déjà à de nouveaux conseils d'achat.