Trump prolonge 1'ère du taux (ultra)faible

Ces dernières années ont été caractérisées par des taux d'intérêt faibles dans le monde. Cette situation s'explique principalement par la réaction des banques centrales à la crise financière de 2008-2009.

Taux bas par assouplissement quantitatif (EQ)

Les banques centrales ont abaissé leurs taux à court terme au plus bas pour tenter de relancer l'économie. La banque centrale américaine, la Réserve fédérale (Fed), est allée plus loin et a été la première à lancer en janvier 2009 un programma d'assouplissement quantitatif (Quantitative Easing ou QE) dans le cadre duquel elle a racheté massivement différents types d'obligations pour continuer à faire baisser les taux d'intérêt à long terme.

Entre 2009 et 2014, il y a eu trois programmes d'assouplissement quantitatif entraînant le rachat d'environ 3.500 milliards de dollars d'obligations. Au fil des ans, plusieurs autres banques centrales ont suivi l'exemple américain, réduisant les taux mondiaux à des niveaux (très) faibles. En Europe, la Banque centrale européenne (BCE) n'a commencé son QE qu'en 2013. Ce programme a été maintenu jusqu'à fin 2018 et, au cours de cette période, la BCE a acheté pas moins de 2.600 milliards d'euros d'obligations, de sorte que les taux d'intérêt en Europe sont également tombés à des niveaux très bas et parfois même négatifs.

Normalisation des taux d'intérêt lancée par la Fed

Les États-Unis ont été les premiers à lancer le programme d'assouplissement quantitatif, mais ils sont également été les premiers à l'arrêter: le dernier programme a pris fin en octobre 2014. Les programmes avaient atteint leur but et l'économie américaine se portait bien. La manière dont les taux d'intérêt pourraient être à nouveau <<normalisés>> a donc été assez rapidement envisagée. En décembre 2015, une première hausse des taux d'intérêt a été décidée, suivie d'une seconde un an plus tard, chaque fois de 0,25%.

En 2017 et 2018, sept autres hausses de taux d'intérêt ont eu lieu.


Le président de la Fed, M. Powell, a indiqué à l'automne 2018 qu'il prévoyait également deux autres hausses de taux d'intérêt en 2019, ce qui ramènerait les taux à court terme à 3% fin 2019. À l'instar des États-Unis, l'Europe s'est également engagée avec prudence dans un processus de normalisation et le programma QE a été progressivement abandonné en 2017-2018. Par conséquent, les taux d'intérêt à long terme en Europe, qui avaient atteint leur point le plus bas en 2016, ont commencé à augmenter lentement et 1'ère des taux d'intérêt bas et négatifs semblait définitivement terminée.

Influence de Trump

Les différentes hausses de taux d'intérêt au États-Unis ont commencé à se répercuter sur l'économie et le marché boursier à l'automne 2018: des prêts plus coûteux ont réduit l'activité de construction et les investissements des entreprises ont été retardés par des taux d'intérêt plus élevés. Compte tenu de la hausse des taux d'intérêt et de la perspective d'un taux d'intérêt encore plus élevé en 2019, les obligations constituent de nouveau une solution alternative aux actions. Dans l'ensemble, cela a provoqué de la nervosité sur les marchés boursiers, qui ont fortement chuté durant le dernier trimestre de 2018. La chute des marchés boursiers et le ralentissement de l'économie étaient une épine dans le pied du Président trump, qui aimait annoncer (souvent) que sa politique <<America First>> garantissait une économie forte et une hausse des marchés boursiers. Par conséquent, il a régulièrement critiqué la Réserve fédérale l'année dernière, affirmant que les relèvements de taux d'intérêt étaient à l'économie.


Le Président a également exhorté à plusieurs reprises à cesser de relever les taux d'intérêt et a même conseillé à la Fed de réduire à nouveau les taux d'intérêt afin de donner un nouvel élan à l'économie. Dans ce cadre, Trump a oublié que son langage menaçant vis-à-vis de la Chine et de l'Europe était également source d'incertitude et a donc, indirectement, probablement aussi contribué au ralentissement de la croissance et à la nervosité des marchés boursiers.


En théorie, la Réserve est indépendante et un président ne devrait pas s'immiscer dans ses politiques, mais la critique de Trump a tout de même finalement eu un effet: en mars de cette année, le président Powell a annoncé qu'il ne s'attendait pas à relever les taux en 2019 en raison d'une incertitude économique croissante. Plusieurs membres de la Banque centrale ont également indiqué dans les semaines suivantes qu'une réduction du taux d'intérêt constituerait une option réaliste si les perspectives se détérioraient au cours des prochains mois. Avec ce virage à 180 degrès, la normalisation de la politique de taux d'intérêt des deux dernières années s'achève brutalement. À l'instar des États-Unis, la BCE a également mis un coup de frein en Europe et a annoncé début juin qu'il ne devrait pas y avoir de hausses de taux d'intérêt au moins jusqu'à l'été 2020 en raison d'un ralentissement de la croissance. Le Président Draghi a aussi indiqué que, si la situation économique continuait de se détériorer, une réduction des taux d'intérêt ou un nouveau cycle d'assouplissement quantitatif était possible.

Conclusion: les taux d'intérêt resteront encore bas

Les principales banques centrales ont opéré un changement de cap important au cours des derniers mois et ne semblent pas avoir l'intention de relever leurs taux d'intérêt en 2019 ou en 2020. Au contraire, les baisses de taux d'intérêt semblent même une option réaliste. Cela signifie que 1'ère des taux extrèmement bas de ces dernières années, qui semblait toucher à sa fin, va perdurer. Nous ne verrons probablement pas des taux d'intérêt plus élevés sur les carnets d'épargne ou les obligations avant 2021, et même plus tard.

Trump prolonge l'ère du taux (ultra)faible - Notre Magazine

L'article <<Trump prolonge 1'ère du taux (ultra)faible>> a été rédigé par notre analyste Geert Campaert et est paru dans notre magazine <<Kasteelpleinstreet Journal>> Juillet 2019. Vous voulez lire d'autres articles ou vous souhaitez recevoir le magazine tous les trimestres?

Vous pouvez consulter ici le magazine complet au format numérique et vous y abonner.

Curieux de savoir comment Dierickx Leys Private Bank réalise de bons rendements en période de (très) faible intérêt?

  • Nous analysons en profondeur vos souhaits en matière d'investissement
  • Nous partons ainsi de votre situation personnelle
  • Nous définissons les objectifs et la stratégie à long terme de vos actifs