Roche KSJ janvier 2021 - Willem De Meulenaer

F. Hoffmann-La Roche AG est l’une des premières entreprises pharmaceutiques mondiales. Elle est chapeautée par le holding Roche Holding (en abrégé Roche) coté à la Bourse suisse. Le siège social est en Suisse mais l’entreprise est active dans le monde entier. Roche fut fondée en 1896, par – vous n’en serez pas surpris – Fritz Hoffmann-La Roche. À l’origine productrice de préparations de vitamine C, Roche est devenue une entreprise pharmaceutique spécialisée tant dans les médicaments que les diagnostics (dont désormais les tests de COVID-19). Les descendants de Hoffmann-La Roche – les familles Hoffmann et Oeri – détiennent environ la moitié des actions, Novartis étant propriétaire d’environ un tiers de celles-ci. 

La pandémie de COVID-19

Roche « profite » de la pandémie de COVID-19 en fournissant des tests (rapides) et veut aussi renforcer sa position sur le marché dans le traitement de COVID-19. Cette entreprise a conclu des accords de coopération concernant la recherche d’un éventuel vaccin.

Un grand pas en avant

En mars 2009, Roche a fait un grand pas en avant en reprenant l’ensemble de l’entreprise Genentech pour 46,8 milliards de dollars. Roche était déjà actionnaire majoritaire depuis 1990. L’entreprise américaine Genentech (Genetic Engineering Technology) fut fondée notamment par Herbert Boyer, pionnier dans la technologie de l’ADN recombinant, et initiateur du secteur actuel de la biotech. Les échanges mutuels fructueux entre les deux entreprises ont été très rémunérateurs pour Roche. Certains médicaments qui sont les plus grandes réussites de Roche, tels qu’Avastin (médicament contre notamment les cancers du poumons et de l’intestin), Herceptin (médicament contre notamment les cancers de l’estomac et du sein) et Rituxan (médicament notamment contre la leucémie et certaines maladies auto-immunes) sont issus de la recherche de Genentech.

Biotechnologie

Roche a conquis une solide position principalement dans la thérapie anticancéreuse, dans laquelle sa part de marché atteint pas moins de 30%. Sa position est également solide dans les diagnostics, avec une part de marché de 20% pour les diagnostics in vitro.

Pas moins de 80% des médicaments que Roche produit sont issus de la biotechnologie. L’avantage pour Roche est considérable, parce qu’il est beaucoup plus cher et difficile pour des concurrents potentiels de copier ces médicaments une fois qu’un brevet de Roche a expiré.

L’expiration du brevet

Et pourtant, c’est justement là que le bât blesse. Jusqu’à récemment, les trois médicaments phares (Avastin, Herceptin et MabThera/Rituxan) entraient chacun dans le chiffre d’affaires à concurrence de 10% et étaient donc une réussite incontestée. Mais Roche est confrontée à l’expiration du brevet (qui a déjà expiré aux EU et expirera bientôt en Europe) et à une pression accrue de la concurrence. Or, devant l’immense succès de ces médicaments de Roche, ses concurrents ont (malheureusement pour elle) trouvé très intéressant de produire des génériques. Dans l’immédiat, il n’est pas évident pour Roche de compenser la baisse due aux médicaments les plus demandés par la croissance de nouveaux médicaments.

Il en résulte pour elle une pression sur les cours et une appréciation relativement inférieure. Pour autant, nous ne sommes pas vraiment pessimistes. Roche dispose d’un portefeuille de médicaments très large et bien diversifié. De plus, environ 40 nouveaux médicaments potentiels sont à l’étude et dans la phase 3 de leur développement.

Conclusion

Roche commence à subir le contrecoup de l’expiration de brevets et de la concurrence accrue qui en résulte. Mais l’action est cotée relativement bon marché et de nombreux médicaments à l’étude peuvent favoriser les résultats à moyen terme. Nous ne prévoyons pas de hausse sensationnelle à court terme, mais les investisseurs à long terme et patients peuvent inclure l'action défensive dans un portefeuille diversifié.

PDF - KSJ janvier 2021

Téléchargez ici le KSJ complet de janvier 2021.

Avez vous des questions concernant cet article?

  • N'hésitez pas à nous contacter.

Comment les investisseurs voient-ils 2021?

En décembre, les marchés boursiers ont poursuivi leur reprise de novembre. Les nouvelles positives en matière de vaccins font espérer aux investisseurs un retour à la normale sur le plan économique en 2021. Les vaccinations ont déjà commencé dans la plupart des pays européens et dans plusieurs pays hors d’Europe.

Planification de succession: quels changements nous réserve la Flandre?

L’accord de gouvernement flamand de septembre 2019 a déjà annoncé des réformes ayant des conséquences importantes pour la planification de la succession. Le 18 septembre 2020, le gouvernement flamand a approuvé un avant-projet de décret donnant le feu vert à une série de mesures qui pourraient avoir un impact important sur la planification de succession déjà existante.