Les élections présidentielles américaines et l’impact sur votre portefeuille KSJ octobre 2020 - Jonathan Mertens

Le premier mandat du président Trump a avant tout été une bénédiction pour les marchés boursiers américains. Comment évaluer ses chances de réélection et quels thèmes politiques bénéficieront de plus d’attention dans les années à venir?

Le parcours présidentiel de ces quatre dernières années

Le président Trump a été élu en novembre 2016 grâce à une campagne très nationaliste. Selon Trump, l’accent devait être mis sur « l’Américain oublié » qui, sous la pression de la mondialisation, a vu son niveau de vie se détériorer au cours des dernières décennies. La manière dont Trump voulait traiter cette question est rapidement devenue claire au cours de sa campagne. Il s’engagerait fermement en faveur d’une politique d’immigration stricte au niveau national et d’investissements dans les infrastructures. Il s’impliquerait aussi dans l’industrie nationale en exploitant, entre autres, les réserves énergétiques aux États-Unis et en imposant des droits de douane sur les importations moins chères. Sur la scène internationale, il retirerait les États-Unis des accords multilatéraux qui, selon lui, ont gravement nui à l’Amérique. Dans la vision du monde de Trump, la politique (internationale) n’est rien d’autre qu’un « jeu à somme nulle », où vous ne concluez des accords que pour obtenir un avantage national, indépendamment de l’impact sur la communauté internationale dans son ensemble. Au niveau international, « America First » commence donc à ressembler à « America Alone » dans de nombreux cas. Trump a ainsi retiré les États-Unis de l’accord de Paris sur le climat, de l’accord sur l’Iran et de différents traités internationaux sur les armes. Néanmoins, c’est surtout la dernière année de son premier mandat qui restera dans les mémoires: les tensions raciales sont à un paroxysme absolu et la crise du COVID-19 est traitée de manière déplorable par le président.

Cela dit, le président Trump a aussi certainement connu quelques succès au cours de son premier mandat. Nous pouvons relever, entre autres, la baisse de la fiscalité des entreprises et du chômage, qui a longtemps enregistré des planchers record. Ces deux facteurs ont nettement favorisé les marchés boursiers: plusieurs baromètres tels que l’indice Dow Jones, le S&P 500 et la bourse technologique Nasdaq ont battu record après record. Sur le plan international, il y a eu une ouverture envers la Corée du Nord, un accord commercial a été brièvement conclu avec la Chine et l'accord de libre-échange ALENA a été renégocié.

Les chances de réélection de Trump

Selon les derniers sondages, Joe Biden sera le grand gagnant de l’élection présidentielle américaine le 3 novembre prochain. Depuis plusieurs semaines, son avance fluctue autour de 6 à 7%, une marge qui, selon nous, sera difficile à rattraper durant les semaines restantes. Nous ne nous attendons donc pas à des débats présidentiels de qualité avec une véritable discussion idéologique ou de fond, mais plutôt à des foires d’empoigne.

En cas de victoire de Joe Biden, il ne la devra pas tant à une campagne très forte de son parti démocrate, mais plutôt à une cascade de gaffes du président et à son incapacité à proposer une réponse crédible à la crise sanitaire actuelle.
En tant que centriste, Joe Biden devrait pouvoir assez facilement convaincre l’électeur américain modéré qui, après 4 ans d’administration Trump, a besoin d’un retour de rationalité et de raison à la Maison Blanche.

Un élément qui nous préoccupe davantage est le niveau actuel de polarisation de la société américaine et l’allusion à une fraude électorale massive, avant même que les élections n’aient réellement eu lieu. Selon nous, une transition pacifique du pouvoir politique est essentielle, quel que soit le résultat des prochaines élections, tant pour lutter contre les troubles sociaux latents que pour garantir la stabilité financière des marchés boursiers.

Les principaux thèmes politiques et l’impact potentiel sur votre portefeuille

Commençons par les bonnes nouvelles. Le mythe général selon lequel un président républicain est plus favorable aux marchés boursiers qu’un démocrate n’est pas soutenu par des preuves historiques. D’ailleurs, si nous examinons les données sous-jacentes, les rendements annuels moyens depuis 1952 sous des présidences démocrates (+10,6%) sont plus élevés que ceux des présidences républicaines (+4,8%).

En cas d’éventuelle élection de Joe Biden, nous ne nous attendons pas à une forte réaction négative des actions. Cela dit, nous nous attendons à un changement de thèmes politiques importants pour les années à venir. Nous pensons qu’il y aura davantage d’investissements en matière de transition énergétique, de sécurité sociale, d’infrastructures, d’éducation et de réformes de la politique du marché du travail et de la justice. Par ailleurs, nous nous attendons à des initiatives législatives dans des domaines tels que le prix des médicaments, les restrictions de la possession d’armes à feu et les droits du travail. De plus, la réduction d’impôts pour les entreprises, qui a été mise en œuvre sous l’impulsion du président Trump, pourrait bien être complètement annulée, même si nous pensons que les républicains du Sénat s’y opposeront. Sur le plan sectoriel, nous restons donc prudents avec les entreprises des secteurs pharmaceutique et pétrolier, ainsi qu’avec le secteur bancaire ou les assureurs santé. Pendant la période post-COVID, il y aura une volonté de stimuler la consommation intérieure, ce qui devrait être positif pour les entreprises actives dans les biens de consommation, les produits de luxe et la construction.

Sur le plan international, M. Biden privilégierait plutôt la coopération internationale et le respect des traités internationaux. D’après nous, une normalisation de la relation tendue avec la Chine est possible, même si Joe Biden a été très critique dans le passé à l’égard du régime de Pékin et surtout à l’égard du vol de la propriété intellectuelle. Selon notre estimation, les relations avec la Russie resteront froides pendant un certain temps encore.

Conclusion

À l’approche des élections présidentielles américaines, il y a beaucoup d’incertitude sur les marchés internationaux. Le risque réside, selon nous, davantage dans les contestations sur le résultat qui devront être jugées par les tribunaux que dans une forte modification des choix politiques. La dernière chose dont le monde a besoin est l’incertitude institutionnelle de la principale économie mondiale. Dans ces circonstances, il faut aussi privilégier les actifs de qualité qui sont cotés à un prix raisonnable.

PDF

Téléchargez ici le KSJ complet d'octobre 2020

Avez-vous des questions concernant cet article?

  • N'hésitez pas à nous contacter.

Formes de cohabitation et droit successoral

Il existe trois catégories de cohabitation en Belgique : la cohabitation de fait, la cohabitation légale ou le mariage. Même si les cohabitants et les couples mariés sont souvent assimilés, il existe des différences juridiques importantes entre les différentes formes de cohabitation. Nous abordons ci-dessous le traitement différent des différentes formes de cohabitation dans le domaine du droit successoral et des droits de succession (flamands).

Travaux Kasteelpleinstraat et environs

Maintenant que la première phase des travaux est pratiquement terminée, la phase 2 commence avec le carrefour complexe dans le virage de la Kasteelpleinstraat vers la Kronenburgstraat. L'entrepreneur a commencé le lundi 31 août avec l'ensemble d'intersections de la Begijnenstraat jusqu'à la Verbondstraat. La zone du chantier pour cette phase s'étendra jusqu'à la Kronenburgstraat n° 20.