L'écart de performances entre les marchés boursiers américains et européens continue de se creuser The Markets! septembre 2020

Les marchés boursiers américains continuent de surperformer les marchés boursiers européens cette année et l'écart s'est creusé encore en août. 

Comparaison

La bourse technologique Nasdaq a atteint de nouveaux records avec une hausse de plus de 9%. L'indice S&P 500 élargi a également grimpé de plus de 7% et a maintenant également dépassé le précédent sommet de février. Par contre, l'indice européen élargi Stoxx 600 n'a augmenté que de 2% en août et reste inférieur de plus de 12% à son niveau du début de l'année. Plusieurs raisons expliquent cet écart de performances.

Entreprises technologiques

Tout d'abord, la part des entreprises technologiques dans les indices américains, et surtout dans le Nasdaq, est beaucoup plus élevée que dans la plupart des indices européens. Un certain nombre de ces entreprises technologiques ne sont pas affectées par la crise du coronavirus et certaines (notamment Netflix, Microsoft, Apple, ...) ont même pu bénéficier des conséquences du coronavirus et donc augmenter leurs bénéfices pour cette année.

Au cours des derniers mois, de nombreux investisseurs ont donc logiquement choisi ces actions et ce sont surtout les marchés boursiers américains qui ont affiché une forte reprise après la chute de février et de mars résultant de la crise du coronavirus.

Amerikaanse verkiezingen

Les élections américaines de novembre constituent une deuxième cause majeure. Le président Trump mise sur une économie forte et des marchés boursiers performants pour convaincre les électeurs hésitants.

Au cours des derniers mois, le gouvernement américain a donc approuvé un programme d'aide sans précédent pour aider les entreprises concernées. Il a également versé des indemnités confortables de chômage temporaire afin que les citoyens touchés par les confinements et les fermetures d'entreprises ne subissent pas une perte de revenus importante.

L'impact économique a ainsi été atténué pour de nombreuses entreprises. Par ailleurs, en faisant pression sur la banque centrale, le président Trump a également soutenu indirectement les marchés boursiers. La Réserve fédérale, la banque centrale américaine, a réduit les taux d'intérêt à court terme à 0% et a aussi fortement poussé les taux d'intérêt à long terme à la baisse grâce à d'importants programmes de rachat d'obligations. Fin août, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a également annoncé une adaptation des objectifs de la banque : au lieu de viser une « inflation de 2% », la Réserve fédérale visera désormais une « inflation moyenne de 2% ».

Autrement dit, comme l'inflation est restée inférieure à la limite des 2% ces dernières années, elle pourrait même dépasser cette limite de 2% pendant longtemps avant que la Fed n'envisage de relever les taux d'intérêt pour lutter contre une inflation trop élevée. En pratique, cela signifie que la banque centrale promet implicitement de maintenir les taux d'intérêt à leur niveau très bas actuel pendant encore plusieurs années. Compte tenu des taux d'intérêt très bas aux États-Unis et de la perspective qu'ils le resteront pour les années à venir, davantage d'investisseurs se sont tournés vers les actions au cours des derniers mois, ce qui a également contribué à la forte reprise du marché boursier américain.

Speculation

Enfin, la spéculation des investisseurs privés sur le marché boursier est une troisième cause de l'écart de performances (même si elle est moins importante que les deux premières). Lors du confinement en mars et en avril, de nombreux Américains sont restés chez eux sans avoir rien à faire. Beaucoup d'entre eux ont alors ouvert un compte de trading et ont fait leurs premiers pas en bourse. Les applications boursières populaires comme Robinhood ont accueilli des millions de nouveaux clients durant ces mois. Comme un grand nombre de ces investisseurs ont commencé à investir au moment du creux de mars, leurs premiers achats ont généralement été fructueux. Ces nouveaux investisseurs ont alors pensé que le marché boursier permettait de réaliser rapidement des rendements importants, ce qui les a incités à investir encore plus. Par conséquent, nous avons parfois assisté au cours des derniers mois à de fortes hausses de plusieurs actions d'entreprises bien connues, dont la populaire Tesla (+ 420% depuis le creux de mars), qui étaient difficiles à expliquer sur la base des fondamentaux des entreprises, mais qui ont renforcé la tendance à la hausse des marchés boursiers.

Compte tenu des grandes différences de performances, est-il approprié d'investir davantage sur les bourses américaines?

Lorsque nous sélectionnons les actions avec une méthode ascendante (bottom up), nous nous intéressons moins à la pondération par pays, mais surtout à l'attrait des entreprises. Un certain nombre d'entreprises technologiques à l'origine de la surperformance des marchés boursiers américains sont des entreprises solides avec des avantages concurrentiels évidents et qui méritent donc une place dans un portefeuille. 

Toutefois, en raison de la bonne performance de ces actions cette année, les valorisations d'un certain nombre d'entre elles ont maintenant fortement augmenté. Il est donc important de rester sélectif et de ne pas acheter à n'importe quel prix, car même la meilleure entreprise n'offre pas un bon rendement lorsqu'elle est achetée à un prix trop élevé. 

Risque de change

Un autre critère à prendre en compte est que les actions américaines sont cotées en dollars: il y a donc toujours un risque de change. Le dollar américain a, pour le moment, baissé de 6% par rapport à l'euro cette année. Cela signifie que l'augmentation du S&P 500 de 7,8% cette année ne représente que 1,6% après conversion en euros. Les énormes déficits budgétaires et l'augmentation des dettes publiques résultant de la politique d'aide du président Trump pèsent aujourd'hui sur le dollar. Un nouvel affaiblissement de la devise n'est donc pas exclu.

Joe Biden

Un dernier point d'attention est l'approche des élections présidentielles de novembre. Le candidat démocrate Joe Biden a actuellement une belle avance dans les sondages. Son programme prévoit d'importantes économies et des hausses d'impôts pour les entreprises et les citoyens (aisés), ce qui devrait en principe avoir un effet négatif sur les bénéfices des entreprises et les marchés boursiers. Si les sondages confirment l'avance de Biden dans les semaines et les mois à venir, cela pourrait augmenter la nervosité sur les bourses américaines.

PDF The Markets! septembre 2020

Téléchargez le PDF ici.

Désirez-vous plus d'informations concernant cet article?

  • N'hésitez pas à nous contacter.