Le coronavirus a pesé sur les marchés boursiers en janvier 2020

La nouvelle année boursière a d'abord poursuivi la tendance à la hausse de 2019. Durant les premiers jours, la plupart des marchés boursiers ont affiché une hausse de quelques pour cent, tendance qui a pris fin brusquement avec le raid aérien américain sur le général iranien Soleimani à Bagdad. Lorsqu'il s'est avéré que les États-Unis et l'Iran voulaient tous deux éviter une escalade du conflit, le calme est rapidement revenu sur les marchés.

Épidémie de virus

Vers la fin du mois, les marchés boursiers ont de nouveau été mis sous pression à cause de l'apparition d'un virus inconnu en Chine (le coronavirus) qui a rapidement provoqué des inquiétudes dans le monde entier. Le nombre d'infections a rapidement augmenté et le virus s'est propagé en une semaine de la Chine au monde entier. Les autorités chinoises ont pris des mesures drastiques pour lutter contre la propagation: les villes ont été fermées au monde extérieur, les déplacements ont été interdits ou déconseillés, et des magasins et des usines ont été fermés.

Impact

La durée d'application de ces mesures et leur impact final sont difficiles à estimer aujourd'hui, mais les actions d'un certain nombre de secteurs directement touchés ont déjà réagi négativement. Les consommateurs chinois ont été le moteur de la croissance du secteur du luxe ces dernières années: une interdiction de voyager à long terme et des magasins fermés pourraient donc peser sur les chiffres de vente des principales marques de luxe ce trimestre.

Tant LVMH (- 4,5%), Kering (- 5,1%) que Moncler (- 2,3%) ont vu le cours de leur action baisser dans les jours suivant l'annonce des mesures par les autorités chinoises.

Maintenant que le trafic aérien intérieur et international est gravement perturbé par le virus, les actions des autres compagnies aériennes, entre autres, en souffrent également. Les actions liées au secteur du tourisme au sens large sont également touchées: Booking Holdings a vu sa hausse initiale de près de 10% depuis le début de l'année fondre durant la seconde quinzaine de janvier.

Refuge

L'incertitude créée par le virus incite également les investisseurs à se tourner vers des valeurs refuges comme les obligations ou l'or. Par conséquent, les taux des obligations se sont à nouveau rapprochés des niveaux les plus bas de la mi-2019: une obligation d'État belge à 10 ans affiche aujourd'hui un rendement négatif de - 0,18%.

Comparaison

Dans le passé, l'effet négatif de virus ou de maladies similaires (SRAS, Ebola, grippe aviaire ...) sur les marchés boursiers était relativement court et ils se sont redressés assez rapidement après une baisse initiale. Nous tablons donc sur une évolution comparable. Notre stratégie d'investissement n'est donc pas influencée par le coronavirus. La pression actuelle à la vente sur certaines actions pourrait même créer des opportunités d'achat dans les semaines à venir.

PDF The Markets! février 2020

Téléchargez ici le PDF.

Désirez-vous plus d'informations concernant cet article?

  • N'hésitez pas à nous contacter.

Travaux Kasteelpleinstraat et environs

Maintenant que la première phase des travaux est pratiquement terminée, la phase 2 commence avec le carrefour complexe dans le virage de la Kasteelpleinstraat vers la Kronenburgstraat. L'entrepreneur a commencé le lundi 31 août avec l'ensemble d'intersections de la Begijnenstraat jusqu'à la Verbondstraat. La zone du chantier pour cette phase s'étendra jusqu'à la Kronenburgstraat n° 20.