La hausse des taux crée de la nervosité sur les marchés boursiers The Markets! mars 2021 - Geert Campaert

Après un début d’année boursière positif, les marchés boursiers du monde entier ont légèrement reculé durant la deuxième moitié de février. Cela s’explique principalement par la hausse des taux d’intérêt à long terme. 

Taux d'intérêt à long terme

Aux États-Unis, le taux d’intérêt des obligations d’État à 10 ans augmente lentement depuis le plancher de juillet dernier: fin juillet, il était d’environ 0,5%, il était déjà de 0,9% fin 2020 et il a fini à 1,5% la semaine dernière. En Europe, nous avons également constaté une hausse des taux d’intérêt à long terme cette année, mais de manière moins marquée qu’aux États-Unis. Toutefois, les rendements des obligations d’État belges à 10 ans sont redevenus positifs la semaine dernière pour la première fois depuis le mois de juin.

Explication

La hausse des taux d’intérêt à long terme a provoqué une certaine nervosité sur les marchés boursiers occidentaux. Une hausse des taux d’intérêt est en principe un facteur négatif pour les marchés boursiers, car les obligations deviennent plus attrayantes que les actions et les investisseurs privilégient donc les marchés obligataires aux marchés boursiers. La hausse des taux d’intérêt signifie également que la juste valeur des actions baisse quand ces taux d’intérêt plus élevés sont pris en compte dans les modèles d’évaluation des actions.

Les futurs bénéfices sont actualisés à un certain taux d’intérêt, et plus ce taux d’intérêt est élevé, plus la valeur actuelle de ces bénéfices est faible. Ce phénomène est plus marqué pour les actions d’entreprise qui prévoient une forte croissance des bénéfices dans les années à venir.

Il n’est donc pas étonnant que la bourse des valeurs technologiques, Nasdaq, sur laquelle sont cotées de nombreuses entreprises de croissance, ait été plus durement touchée ces dernières semaines: au cours de la seconde moitié du mois, le Nasdaq a perdu en grande partie l’avance prise sur l’indice S&P 500 plus vaste depuis le début de l’année. 

Les causes

La hausse des taux d’intérêt s’explique principalement par deux facteurs: (la crainte de) l’inflation et la hausse des déficits budgétaires, en particulier aux États-Unis. La hausse constante du prix de différentes matières premières (cuivre, pétrole, maïs, soja, etc.) ces derniers mois fait craindre une hausse de prix des produits et une augmentation de l’inflation.

D’importants plans de relance en Europe et aux États-Unis pourraient encore augmenter la demande de différentes matières premières dans les mois à venir, créant ainsi une pression inflationniste supplémentaire. Le plan de relance sans précédent du président Biden (pas moins de 1 900 milliards de dollars aux États-Unis) devrait être approuvé en mars et stimulera nettement l’économie américaine dans les prochains mois, ainsi que la demande d'un grand nombre de matières premières et de produits. Toutefois, cet important plan de relance va également creuser considérablement le déficit budgétaire américain: le gouvernement devra donc émettre beaucoup plus d’obligations cette année pour financer ce déficit.

Les investisseurs deviennent un peu nerveux face à ces importants déficits et demandent donc maintenant des taux d’intérêt plus élevés pour les compenser.

Et maintenant?

La hausse des taux d’intérêt doit-elle nous inquiéter en tant qu’investisseurs ? Tout d’abord, nous devons souligner que la hausse a commencé l’année dernière à partir de niveaux historiquement bas et que les taux d’intérêt restent à des niveaux très bas après la hausse: les obligations d’État à 10 ans affichent toujours un taux négatif dans plusieurs pays européens (Allemagne, Pays-Bas, Finlande...) et de nombreuses entreprises peuvent encore émettre des obligations d’une durée de plusieurs années à un taux négatif. Les obligations ne constituent donc toujours pas une solution alternative attrayante pour la plupart des investisseurs.

De plus, les banques centrales ont de nouveau affirmé le mois dernier qu’elles ne relèveraient pas les taux d’intérêt même en cas de hausse de l’inflation et que la stimulation monétaire sera maintenue pendant longtemps. Nous pensons donc que tant que les taux d’inflation n’augmenteront pas de manière significative, les taux d’intérêt à long terme resteront à des niveaux acceptables et ne seront pas un facteur déterminant pour les marchés boursiers.

PDF - The Markets! mars 2021

Téléchargez ici le The Markets! de mars 2021

Avez-vous des questions concernant cet article?

  • N'hésitez pas à nous contacter.

Faisons-nous face à un retour de l’inflation redoutée? Et quelles sont vos attentes en matière d’inflation?

L’inflation est souvent comparée au sel: « avec modération, cela ne peut pas faire de mal ». Elle est même indispensable pour un fonctionnement optimal de l’économie. Charlie Munger, le célèbre partenaire d’affaires de Warren Buffett, ne s’inquiète pas de ce phénomène et accorde plus d’importance à une philosophie d’investissement solide pour guider ses décisions.

Webinar Patronale Life

Werner Wuyts (responsable des études et analyses, et de la gestion discrétionnaire de patrimoine) a partagé plus d’informations sur notre banque et notre philosophie d’investissement lors d’un webinaire organisé par Patronale Life. Vous souhaitez en savoir plus sur notre méthode de travail et sur nos formes de coopération?

Est-ce que vous expérimentez également de l’incertitude durant cette année de grands changements?

Les quatre sessions, enregistrées durant l'automne 2020, vous proposent une analyse unique de nos analystes et de nos gestionnaires sur les différents aspects des marchés financiers et sur notre méthode de travail. Des informations concrètes pertinentes pour votre portefeuille. Des connaissances dont vous pourrez tirer parti. Parce que voir plus loin, c’est rentable.