Formes de cohabitation et droit successoral

Il existe trois catégories de cohabitation en Belgique: la cohabitation de fait, la cohabitation légale ou le mariage. Même si les cohabitants et les couples mariés sont souvent assimilés, il existe des différences juridiques importantes entre les différentes formes de cohabitation. Nous abordons ci-dessous le traitement différent des différentes formes de cohabitation dans le domaine du droit successoral et des droits de succession (flamands).​​​​​​​

Types de formes de cohabitations

Le mariage est la cohabitation de deux personnes qui sont mariées devant l’officier de l’état civil.

La cohabitation légale est la cohabitation de deux personnes qui ont fait une déclaration de cohabitation légale et l’ont remise à l’officier de l’état civil.

La cohabitation de fait est la cohabitation de deux personnes qui forment un ménage commun et qui ont constitué une communauté de vie durable. L’inscription dans le registre de la population à la même adresse constitue une présomption de cohabitation effective. Toutefois, il s’agit d’une présomption réfutable. Même si vous avez le même domicile, l’administration fiscale peut essayer de prouver que vous n’avez pas réellement de ménage commun. Inversement, si vous êtes enregistré à une adresse différente, l’administration fiscale peut quand même essayer de prouver par d’autres moyens la cohabitation de fait ininterrompue et la tenue d’un ménage commun.

Conséquences successorales

En ce qui concerne les époux, les droits successoraux dépendent de la question de savoir avec qui le conjoint survivant vient à la succession et sous quel régime de mariage vous étiez mariés. Le conjoint survivant est un héritier réservataire. Il a droit dans tous les cas à une part minimale réservée de la succession. La réserve légale du conjoint survivant est égale à la moitié de l’usufruit sur les biens de la succession. Dans tous les cas, elle comprend la totalité de l’usufruit sur l’habitation familiale et des meubles qui la garnissent. L’usufruit de l’habitation familiale et des biens du ménage est toujours le minimum, même si la valeur de cet usufruit est supérieure à celle de l’usufruit sur la moitié de la succession. Si elle est inférieure à la moitié de la succession, elle est complétée par l’usufruit des autres biens jusqu’à ce que la moitié de l’usufruit de la succession soit atteinte. Donc, en principe, vous ne pouvez jamais déshériter complètement votre conjoint. Vous ne pouvez encore déshériter votre conjoint par testament que dans des circonstances très précises, notamment si vous êtes séparés de fait depuis au moins six mois et que vous avez demandé au tribunal une résidence séparée.

Les cohabitants légaux héritent l’un de l’autre automatiquement, mais seulement dans une mesure très limitée. Le cohabitant légal survivant obtient l’usufruit successoral sur l’habitation familiale et les meubles qui la garnissent. En tant que cohabitant légal, vous pouvez limiter ou étendre le droit successoral de votre partenaire en rédigeant un testament. Le cohabitant légal n’est pas un héritier réservataire : vous pouvez, si vous le souhaitez, déshériter complètement votre cohabitant légal par le biais d’un testament.

Les cohabitants de fait n’héritent pas automatiquement l’un de l’autre : il n’y a pas de droit successoral légal. Pour pouvoir hériter l’un de l’autre, vous devrez prendre des mesures et, par exemple, rédiger un testament.

Droits de succession (flamands)

Les taux suivants s’appliquent entre les conjoints :

 De Á Taux
 € 0,01 € 50.000 3%
 € 50.000,01 € 250.000 9%
 € 250.000,01
 27%


Ces taux sont appliqués séparément aux biens mobiliers (comme les espèces et les titres) d’une part, et aux biens immobiliers (comme un terrain à bâtir) d’autre part. Pour l’application de ces taux, la première tranche de 50 000 € (nets) de biens mobiliers est exonérée. Une exonération des droits de succession s’applique à l’héritage de l’habitation familiale par le conjoint survivant.

Si vous héritez de votre partenaire cohabitant légal, vous pourrez également bénéficier des taux préférentiels entre conjoints mentionnés ci-dessus, y compris l’exonération des droits de succession sur l’habitation familiale, quelle que soit la durée de la cohabitation légale.

Si vous héritez de votre partenaire cohabitant de fait, vous ne pourrez bénéficier des mêmes taux qu’entre conjoints que si vous avez vécu de façon continue avec le défunt pendant au moins un an et que vous formez un ménage commun avec lui. Si ce n’est pas le cas, les taux (plus élevés) entre étrangers s’appliquent. De plus, pour pouvoir bénéficier de l’exonération des droits de succession sur l’habitation familiale en tant que cohabitant de fait survivant, vous ne devez pas avoir vécu ensemble pendant un an, mais pendant au moins trois ans sans interruption.

Conclusion

Les différentes formes de cohabitation font l’objet d’un traitement différent en termes de droit successoral et de droits de succession. Afin d’éviter des surprises désagréables lors du décès de votre partenaire, il est important de vous informer bien à l’avance des conséquences concrètes sur votre situation personnelle. Pour plus d’informations, vous pouvez toujours contacter votre interlocuteur. Vous n’avez pas encore d’interlocuteur? Appelez-nous au numéro +32 3 241 09 99 pour des conseils sans engagement.

Vous souhaitez de plus amples informations concernant un des sujets fiscaux et/ou juridiques évoqués ci-dessus?

  • Notre service juridique se fera un plaisir de vous répondre.

Environnement, société et gouvernance d’entreprise

En 2020, Dierickx Leys Private Bank introduit une approche ESG (Environnement, Social et Gouvernance ou environnement, société et gouvernance d’entreprise) dans toute l’entreprise. Nous voulons ainsi largement renforcer notre responsabilité et notre transparence en matière de durabilité afin de garantir à nos clients une double focalisation sur une gestion de portefeuille saine, d’une part, et sur des investissements socialement responsables, d’autre part. En effet, ces deux aspects sont plus étroitement liés que vous ne pourriez le penser de prime abord.